Cidefe normandie

 

116 participants pour débattre de la réforme territoriale, de ses enjeux, de ses perspectives et… de la nécessité de la mobilisation.

 

La réforme territoriale, le sujet à l’évidence est une préoccupation majeure des élus car sinon, comment expliquer cette participation record d’élus à la formation organisée par le cidefe-normandie, samedi dernier, à Rouen. Indubitablement les conséquences dramatiques pour les collectivités mais surtout pour les citoyens de cette réforme conduisent ceux qui sont en responsabilités électives, ceux qui sont au contact quotidien des habitants à réfléchir ensemble pour résister, combattre et élaborer une nouvelle dynamique citoyenne.

Venus des 5 départements normands, des maires , maires-adjoints , conseillers municipaux, conseillers généraux ou régionaux, militants associatifs, politiques ou citoyens, ils étaient 116 à « plancher » salle corneille au parc expo de Rouen sur la thématique énoncée et présentée dans sa genèse par Joan Espejel qui ouvrait d’entrée avec beaucoup d’assurance et de clairvoyance les pistes de réflexion qui allaient s’étoffer pendant 3 heures dans un échange direct, cordial souvent grave mais empreint d’une volonté politique forte d’organiser des résistances et des initiatives avec les populations.

Après Joan Espejel, responsable des formations et nouvelles approches territoriales au Cidefe, Jean Chatelais, conseiller régional au CRBN a développé un contenu très politique de la réforme

Après Joan Espejel, responsable des formations et nouvelles approches territoriales au Cidefe, Jean Chatelais, conseiller régional au CRBN a développé un contenu très politique de la réforme

Présidée par Boris Lecoeur, Président du cidefe normandie, le débat confrontait les expériences des représentants de la Basse et de la Haute Normandie, des communes rurales et urbaines, grandes ou petites, de gauche ou de droite ou d’ailleurs, d’élus en situation majoritaire ou actifs dans des minorités. Mais tous évoquaient en préambule de leurs interventions respectives l’approfondissement du malaise social, politique et démocratique. C’est sur ces points que Jean Chatelais, conseiller régional axait plus particulièrement son intervention dans la fenêtre « conférence régionale » qui s’ouvrait au cours de cette matinée. Tous dénonçaient l’orientation libérale assumée par le gouvernement Valls. Tous mesuraient l’ampleur du défi imposé à toute la gauche et aux forces progressistes. Tous concluaient par la nécessité de construire une alternative et de mettre en œuvre des pratiques politiques qui permettent au peuple d’intervenir et de retrouver de l’espoir.

Par des exemples nés de la réalité et de leurs engagements, beaucoup ont exprimé leurs inquiétudes sur l’impact lié à la baisse des dotations de l’Etat aux collectivités locales de près de 3,7 milliards d’euros en 2015, des inquiétudes pour les investissements publics mais aussi pour la réponse aux besoins exprimés par les habitants. Ainsi les formes d’action à privilégier ont été largement réfléchies et proposées. Grève des mairies comme à Stains, réunions publiques avec les habitants, initiatives diverses compte tenu des réalités locales et des moyens de chacun, des moments forts pour organiser l’action ont été rappelés. Cela a été dit. Cela commence les 5, 6 et 7 décembre par le congrès de l’ANECR à Vitry sur Seine ou l’enjeu sera bien le rassemblement et la construction commune de nouvelles réponses à la fois locales et nationales pour relever les défis et accélérer les batailles. Cela se poursuivra, ici, en seine maritime avec le rassemblement le jeudi 11 décembre à la préfecture de Rouen à l’appel de Thierry Foucaud, sénateur et vice-président du Sénat qui s’est adressé à tous les habitants de notre département pour les inviter à dire « ça suffit, nous voulons des moyens pour nos territoires ».

L’adecr76, bien sûr, jouera un rôle majeur pour assurer le succès de ce rendez-vous comme de tous ceux à venir ! Des rendez vous à noter dès à présent sur votre agenda et dans lequel il vous faudra réserver de nombreuses et grandes plages horaires pour les actions d’aujourd’hui et de demain !

Philippe JOUVIN

si les 116 participants n’ont pu prendre la parole faute de temps, l’esprit de synthèse de chacun des intervenants a permis à beaucoup d’entre eux d’exprimer leur expérience, leur sentiment et leurs propositions d’action

si les 116 participants n’ont pu prendre la parole faute de temps, l’esprit de synthèse de chacun des intervenants a permis à beaucoup d’entre eux d’exprimer leur expérience, leur sentiment et leurs propositions d’action