Redéfinir les politiques publiques avec une réforme territoriale progressiste

La réforme territoriale qui agite la vie politique depuis 2 ans apparait très confuse pour l’immense majorité de nos citoyens et pour de nombreux élus et pourtant les enjeux sont considérables car c’est un profond bouleversement libéral de nos institutions républicaines qui est engagé au nom du changement de la modernisation et de la simplification.

Le dogme de la réduction de la dépense publique, dogme libéral majeur, constitue le levier essentiel de ce projet. Il se traduit par des attaques sans précédents contre les services publics locaux mesurables dans toutes les collectivités, ici, en Seine-Maritime comme ailleurs. A cela s’ajoute les ponctions insupportables opérées sur les dotations d’Etat ( 28 milliards d’euros prélevés sur la DGF en 4 ans). Cette austérité imposée se double d’une volonté affichée de répondre aux injonctions de Bruxelles. Tout au contraire, une réforme territoriale progressiste doit s’appuyer sur une redéfinition des politiques publiques notamment dans le cadre d’une refonte radicale de la fiscalité et du rôle du crédit public. Elle doit également participer d’une réforme d’ensemble des institutions et du pouvoir des citoyens, bref, d’une nouvelle République. Aussi, au lendemain des élections départementales et à quelques mois des élections régionales, quels enseignements en tirer pour la poursuite de notre action au service des populations.

Intervenants : Dominique ADENOT, Président de l’ANECR

Michel BARRIER, Président de l’ADECR76

Samedi 11 avril 2015 à 9 heures

au centre Georges Déziré (salle devos) à Saint Étienne du Rouvray

 

Bulletin d’inscription